Contemporain

Les charmes discrets de la vie conjugale – Douglas Kennedy

Cela faisait un bon bout de temps que je n’avais pas lu de Douglas Kennedy. Mes deux précédentes lectures de ses romans m’avaient beaucoup plu. Il était donc temps de me plonger dans un autre roman de l’auteur. Un roman que j’ai tout simplement dévoré malgré ses 600 pages.

Résumé

Le destin d’une femme à travers les mutations de son temps, les mystères de l’union conjugale, l’électrique confrontation entre aspirations progressistes et valeurs conservatrices… Et l’exceptionnel talent de Douglas Kennedy. Pour ses intellectuels de parents, Hannah Buchan est une vraie déception. A vingt ans, au lieu de grimper sur les barricades et de se fondre dans l’ébullition sociale des années soixante-dix, elle n’a d’autre ambition que d’épouser son petit ami médecin et de fonder une famille. Installée dans une petite ville du Maine, Hannah goûte aux charmes très, très discrets de la vie conjugale. C’est alors que le hasard lui offre l’occasion de sortir du morne train-train de son quotidien : malgré elle, Hannah va se rendre complice d’un grave délit. Trente ans plus tard survient le 11 septembre, et avec lui le temps du doute, de la remise en question, de la suspicion. Le passé de Hannah va resurgir inopinément. Et du jour au lendemain son petit monde soigneusement protégé va s’écrouler…

Avis

Roman scindé en deux parties, Les charmes discrets de la vie conjugale, retrace la vie de notre narratrice de 1966 à 2003 . Nous découvrons au début du roman une jeune fille de 20 ans, Hannah, qui tombe amoureuse d’un jeune étudiant en médecine et se met très vite en ménage avec lui. Très vite Hannah se rend compte que cette vie qu’elle mène n’est pas forcément celle qu’elle avait choisi. Installés dans une petite ville du Maine, nos deux jeunes tourtereaux vont goûter aux charmes discrets de la vie conjugale. Mais très vite Hannah s’ennuie, son mari étant souvent absent elle se retrouve seule avec le bébé. Un ennui qui la conduira un soir à commettre une erreur. Une erreur qu’Hannah paiera 30 ans plus tard alors qu’elle fait face à un véritable drame familial.

Une fois de plus le charme Kennedy a fonctionné sur moi. Je me suis laissée porter par l’histoire d’Hannah durant les 600 pages que contient le roman sans me sentir une seule seconde ennuyée ou moins intéressée par ce que je pouvais lire. Je me suis beaucoup attachée à Hannah qui parce qu’elle n’ose pas vivre ses rêves tient à suivre son mari partout où son métier le mène. Même si cela signifie vivre une vie morose. Ce qui m’a également beaucoup touchée c’est la notion d’amitié qui est fort présente dans le roman. La meilleure amie d’Hannah est un personnage haut en couleurs qui se démenera quand Hannah en aura le plus besoin.

Un roman où au final peu de choses se passent mais l’écriture fluide de Douglas Kennedy fait que nous sommes directement happés dans l’histoire et qu’il nous semble impossible, parfois, de lacher le roman. Je regrette d’avoir laissé ce livre si longtemps dans ma bibliothèque et vous le recommande chaudement !

Article précédent Article suivant

Articles similaires

Pas de commentaires

Laissez-moi un commentaire !