Contemporain

Le monde selon Garp – John Irving

John Irving est un auteur que je souhaitais découvrir depuis quelques temps déjà. C’est donc tout naturellement que je me suis penchée sur l’un de ses romans les plus connus : Le monde selon Garp.
A l’heure où je m’attèle enfin à la rédaction de cette chronique , 3 mois se sont écoulés depuis ma lecture. Un délai nécessaire pour moi afin de digérer ce roman fleuve.

Résumé

Jenny Fields ne veut pas d’homme dans sa vie, mais elle désire un enfant. Ainsi naît Garp. Il grandit dans un collège où sa mère est infirmière. Puis ils décident tous deux d’écrire, et Jenny devient une icône du féminisme. Garp, heureux mari et père, vit pourtant dans la peur : dans son univers dominé par les femmes, la violence des hommes n’est jamais loin… Un livre culte, à l’imagination débridée, facétieuse satire de notre monde. « Le romancier est un médecin qui ne s’occuperait que des incurables… et nous sommes tous des incurables. » Le Monde selon Garp, partiellement autobiographique, a connu un succès mondial et a été porté à l’écran.

Avis

Il m’a fallu quelques temps afin de digérer ma lecture, de mettre tout à plat et que je prenne du recul face à ce roman. Durant ce laps de temps une seule question revenait : Ma première rencontre avec Irving a-t-elle été concluante? Je dirai oui et non. J’ai aimé que l’auteur nons plonge sans concessions dans la vie de Garp – de sa naissance à sa mort – mais j’ai trouvé le roman assez inégal dans le sens où j’ai eu quelques moments de flottement durant ma lecture.

J’ai adoré la partie relative à l’enfance de Garp mais un peu moins la partie où il devient adulte et où l’on se consacre beaucoup à son couple. J’ai été parfois beaucoup moins attentive à ce que pouvait nous raconter l’auteur. Je voyais les jours passés à lire ce roman avec cette impression de ne pas avancer et j’ai eu peur à de nombreuses reprises de décrocher.

Malgré cela, je ne peux qu’admirer le travail de l’auteur autour du personnage de Garp qui , je trouve , montre bien toute le complexité d’un tel personnage avec ses forces et ses failles. Un homme qui peine à trover sa place dans un entourage presque exclusivement féminin et qui ne cesse de remettre en question ce qui l’entoure et qui développe vis à vis de ses enfants une psychose. Un père qui a peur pour ses enfants et de ce qui pourrait leur arriver.

Le monde selon Garp est loin d’être un long fleuve tranquille mais on s’y accroche jusqu’à l’épilogue. L’auteur arrive à prendre son lecteur par la main et à ne jamais le lâcher.
Le monde selon Garp a marqué toute une génération de lecteur mais ne m’aura malheureusement autant marqué comme je l’aurai souhaité. Cependant comme à mon habitude, je ne me laisse pas « abattre » et retentrai l’expérience Irving un peu plus tard.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Article précédent

Articles similaires

1 Commentaire

  • Répondre Valentine Pumpkins 27 septembre 2017 à 12 h 16 min

    Pour ma part, c’est mon préféré d’Irving ! Mais avec tellement d’autres (L’oeuvre de Dieu la part du diable, Une veuve de papier, etc), j’ai du mal à choisir ^^

  • Laissez-moi un commentaire !